Handicap : des entreprises adaptées et des contrats dédiés pour relancer l’emploi

La ministre du travail Muriel Pénicaud a signé avec plusieurs associations de défense des handicapés, un engagement mutuel pour développer l’emploi dans les entreprises adaptées. Objectif : doubler le nombre d’emplois pour les personnes handicapées.

Dans un engagement mutuel pour développer l’emploi dans les entreprises adaptées signé hier, le gouvernement et plusieurs associations de défense des handicapés s’entendent sur des outils pour faire baisser le chômage des personnes en situation handicap, aujourd’hui deux fois plus élevé que la moyenne nationale.

Il s’agit d’élargir la palette des outils pour aider les salariés handicapés à trouver un emploi. Avec un objectif : doubler, en quatre ans, les créations d’emplois, qui passeront à 80 000, grâce à des entreprises adaptées (lire plus bas). Ces entreprises qui emploient 80 % de salariés handicapés vont pouvoir se transformer en agences de travail temporaire ou d’intérim.

Autre nouveauté, des contrats à durée déterminé tremplin de 24 mois maximum vont être expérimentés, afin que les travailleurs puissent « acquérir une expérience professionnelle en entreprise adaptée, en cas de rupture de la vie professionnelle », explique Cyril Gaissot, président de l’Union des entreprises adaptées.

1 500 millions d’euros par an d’ici à 2022

L’idée, c’est de revenir ensuite dans une entreprise ordinaire, avec un objectif de 30 % de CDI.

L’État mettra un peu plus la main à la poche : porter les différentes aides publiques à 1 500 millions d’euros par an d’ici à 2022, avec 120 millions d’euros supplémentaires par rapport à aujourd’hui pour financer les aides à poste, qui compensent la différence de productivité.

Pour Muriel Pénicaud, ministre du Travail :

« C’est la démonstration qu’un secteur social comme celui des entreprises adaptées peut se transformer au service des personnes handicapées. »

Le dispositif sera débattu cet après midi dans le cadre du projet de loi Liberté de choisir son avenir professionnel au Sénat.

Source: France Inter

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *