Tours : Pompier, athlète, “ Roro Le costaud ” “ dédramatise ” le handicap

Posted By on 14 août 2019

35.000 personnes le suivent sur Instagram : le tourangeau Romain Guérineau voit toujours plus loin que son fauteuil. Il donne désormais des conférences dans la France entière.
Séance photo, un midi d’affluence, à L’Heure Tranquille. Romain Guérineau, dit « Roro le Costaud » sur Instagram, joue les équilibristes, appuyé à un lampadaire… « Il y a quelques années, j’aurais été incapable de m’exposer ainsi, s’amuse-t-il. Aujourd’hui, je ne suis plus gêné. Le fauteuil m’a apporté la confiance en moi. » Le handicap, et sans doute les réseaux sociaux. Car désormais, on reconnaît dans la rue le pompier tétraplégique tourangeau de 33 ans, suivi par plus de 35.000 abonnés sur Instagram. « C’est génial ce qui m’arrive, je fais des choses que je n’avais jamais fait avant. On vient même de me proposer une conférence en Corse ! »
“ Si mon histoire peut servir j’ai tout gagné ! ”
Son succès en ligne n’est pourtant pas si vieux. « En novembre, j’étais à 10.000 abonnés. Le compte avait été créé en 2012, après mon accident. Je l’alimentais seulement de belles photos de sport, les gens adhéraient. Mais de plus en plus, on me posait des questions sur le handicap. Il y a seulement un an, je me suis mis à raconter ce qui m’était arrivé – un accident de ski -, comment j’ai adapté mon quotidien, le travail… Je me suis rendu compte que cela redonnait le moral à beaucoup de monde, que cela ouvrait des perspectives dans le noir de l’hôpital. » Des familles se sont mises à lui écrire depuis des centres de rééducation. « J’accepte d’échanger, mais pas dans la complainte. Je suis plutôt celui qui met les coups de pied ! », raconte le sportif qui prépare un meeting d’athlétisme fin août à Paris, un 4e Marathon de Tours en moins de 2 h 20, tout gardant pour objectif les Jeux Olympiques de 2024. « Se relever après un tel choc prend des temps différents selon la personne. Chez moi, ça a été finalement été assez rapide, je me suis dit “ t’es comme ça, apprends à vivre avec ”. »
A chaque post, Roro le Costaud choisit une citation « qui me fait kiffer, d’homme célèbre ou d’anonyme » en fonction de son sujet (la confiance en soi, la différence, l’amour…). « Je pars ensuite d’une situation personnelle et j’extrapole à tout le monde. » Sa seule limite : éviter d’être trop moralisateur. Il avoue parfois revoir sa copie. « Je ne suis pas là pour donner des leçons. Mais si mon histoire peut servir, j’ai tout gagné ! » Chaque publication suscite de nombreux commentaires. 200 à 300 messages parfois. Roro y consacre deux à trois heures par jour, en plus de son métier – à temps plein – de pompier, qu’il exerce au Centre de traitement et de régulation de l’alerte (Cétra), sans frustration malgré sa paralysie : « Je suis le deuxième maillon de la chaîne de secours après le donneur d’alerte, c’est pas la même adrénaline, mais ça s’en rapproche ! »
Optimiste toujours, Roro le Costaud se dit « plus ouvert d’esprit. Instagram m’a permis de faire de très belles rencontres, de faire de la sensibilisation autour du handicap dans les écoles, ou sur le dépassement de soi, plus récemment, en entreprises. J’adore ça ». Il rayonne désormais sur la France entière.

SOURCE : LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *